Université de Montréal     Faculté de médecine       Département de pharmacologie      Neurosciences


Schizophrénie et drogues d'abus:
pourquoi étudier la dopamine?

Le laboratoire du Dr Trudeau s'intéresse à un messager chimique du cerveau appelé "dopamine". Mais pourquoi s'intéresser à ce messager, également appelé "neurotransmetteur"? La raison principale est que plusieurs maladies sont accompagnées de certaines perturbations de la production et de la libération de dopamine dans le cerveau. Afin de trouver de nouvelles pistes pour traiter ces maladies, il est essentiel de mieux comprendre comment fonctionnent les cellules du cerveau qui produisent la dopamine.  

Schizophrénie
La schizophrénie est une maladie grave et essentiellement incurable. Les symptômes apparaissent généralement vers la fin de l'adolescence et sont souvent divisés en symptômes "positifs" (idées délirantes, hallucinations etc..) et "négatifs" (retrait social, apathie etc...). Les causes exactes de cette maladie ne sont pas connues pour le moment, mais il y a probablement interaction entre des facteurs génétiques et environmentaux. Une hypothèse est que certains des symptômes majeurs de la schizophrénie soient causés par un dérèglement de la libération de dopamine dans le cerveau. Les médicaments actuels traitent une partie des symptômes en bloquant certains des récepteurs de la dopamine.
schizo

Dépendance aux drogues

La dépendance se caractérise par une recherche compulsive de drogue qui se développe généralement suite à une consommation répétée. Le développement d'une dépendance dépend de plusieurs facteurs: type de drogue, voie et fréquence d'utilisation, disponibilité, stress etc... Une susceptibilité génétique; est également probable. Bien que les différentes drogues (cocaïne,alcool,nicotine, héroï ne etc...) aient des effets physiologiques et psychologiques différents, elles agissent toutes, d'une façon ou d'une autre, sur la libération de dopamine dans le cerveau. Les différentes drogues semblent laisser une "trace" dans le cerveau, à la manière
d'une mémoire à long terme. Peu d'outils pharmacologiques sont présentement disponibles pour aider à briser le cercle vicieux de la dépendance.
L'espoir par la recherche

Neurones à dopamine du cerveau, placés en culture cellulaire.

Les travaux de recherche exécutés actuellement dans le laboratoire du Dr Trudeau visent à mieux comprendre les mécanismes fins qui contrôlent la libération de dopamine. La recherche est effectuée à l'aide de cerveaux de souris et de rats, des animaux qui possèdent un cerveau qui ressemble à celui de l'être humain de façon étonnante. La recherche est de nature fondamentale, mais l'espoir est que ces travaux permettront d'identifier des pistes nouvelles pour le traitement de maladies comme la schizophrénie.

En laboratoire, il est possible de mesurer
l'activité électrique des
neurones à dopamine.